Bonjour tout le monde !

Welcome to WordPress.com. This is your first post. Edit or delete it and start blogging!

Publié dans Non classé | Un commentaire

Nous voici rendus à la dernière étape

Eh oui ! Ce billet sera le dernier de ce blogue. J’ai finalement subi la dernière chirurgie que j’autoriserai. Je suis en convalescence pour quelques jours encore et je récupère très bien. Je prendrai plusieurs jours pour terminer ce texte et j’y ajouterai mes commentaires au fur et à mesure de l’évolution de ma condition jusqu’à l’enlèvement des points de sutures dans huit jours et ensuite jusqu’à la dernière visite chez mon médecin.

Vendredi 5 septembre 2008
La chirurgie plastie en Z, tel que je l’ai expliquée dans mon précédent billet, s’est déroulée sans problème. La chirurgienne m’a tout d’abord dessiné dans la main les différentes formes en Z qu’elle allait inciser pendant l’opération. Ensuite, les piqûres pour l’anesthésie locale. Tout d’abord dans le poignet, puis dans chacun des espaces délimités par les différentes formes en Z de ma main. On a beau ne pas avoir peur des aiguilles, ce n’est jamais agréable et même douloureux ces piqûres. Ensuite c’est la préparation pour la chirurgie. On m’installe sur un lit du genre de ceux qu’on retrouve dans les salles de consultation mais celui-ci a un élément supplémentaire qui sert à supporter le bras pendant l’opération. On me badigeonne l’avant-bras et la main d’un liquide rose que je croyais être de l’iode mais, la couleur ne correspond pas du tout à ce que je connais de l’iode. Ensuite, installation d’un champ stérile, grosse lampe allumée et deux infirmières qui s’affairent autour de moi. L’une d’elle, à ma demande, a été désignée pour prendre des photos des différentes étapes de la chirurgie. Merci à ma chirurgienne qui a accepté d’emblée que des photos soient prises pendant l’opération. On ne voit pas très bien à cause de la surexposition causée par la grosse lampe.

Le pire à supporter tout au long de la chirurgie est sans contredit la pression exercée par le garrot installé sur mon biceps. Mon médecin me racontait qu’un de ses patients l’avait supporté pendant plus de 60 minutes. J’ai dû l’endurer seulement 30 minutes et je n’en pouvais plus. Il était temps que ça finisse. Mais quand on y pense, 30 minutes ce n’est pas beaucoup pour une telle intervention.

J’ai été surpris par la rapidité et aussi par le nombre de points nécessaires. Je n’arrive pas à les compter mais, il doit bien y en avoir plus de trente. J’ai hâte de voir le résultat de cette cicatrice comparée à l’autre qui était très grosse. Il y aura 3 gros Z mais la cicatrice semble être beaucoup plus petite. On dirait que Zorro a signé ma main !!!

J’attends maintenant mon rendez-vous en ergo afin qu’ils fabriquent une attelle qui gardera mon index en extension et aussi pour reprendre les exercices de mobilisation qui m’aideront à reprendre toute la flexibilité de ma main.

Vendredi 12 septembre
Je n’avais pas compté là-dessus pour les revirements. Malgré la demande de mon médecin que j’aie un rendez-vous rapidement en ergothérapie, ces derniers, sans même m’avoir vu, ont décidé que ma condition pouvait attendre. C’est à se demander qui prend les décisions dans cet hôpital. J’aurais d’emblée supposé que les médecins avaient le dernier mot.

Je n’ai évidemment pas attendu après eux pour commencer les mobilisations de ma main. Une chance pour moi que l’expérience acquise au cours de l’année me permet de savoir quoi faire avec mes doigts. J’aurais tout de même préféré qu’ils me guident au moins une fois, surtout à cause des cicatrices qui semblent fragiles par endroits lorsque je provoque une extension de mes doigts. Tant que ça ne saigne pas !!! L’attelle prévue par mon médecin aurait été très utile pour cette étape mais, à ce qui paraît, il n’est fait aucune mention de cette attelle sur la demande de mon médecin. Tant pis, on fait avec ce qu’on a.

Lundi 15 septembre
J’ai rédigé une lettre à l’intention de mon médecin dans laquelle je lui explique les événements de vendredi avec le service d’ergo. Je prévois aller rendre visite à celle qui a été ma thérapeute l’an dernier pour lui demander son avis professionnel au sujet de l’extension de mes doigts et mes cicatrices. Au moins, je serai rassuré. Ensuite, je déposerai ma lettre à l’intention de mon médecin. Peut-être pourra-t-elle faire pression, même s’il se fait tard.

Vendredi 19 septembre
Finalement, j’ai toujours la lettre à l’intention de mon médecin en mains. Je la lui remettrai sans doute à notre prochain rendez-vous, pour le principe. Les points de suture ont été enlevés aujourd’hui et finalement, il y en avait 23. L’infirmière me dit de laisser couvert jusqu’au lendemain pour protéger les espaces laissés par les fils. Certains bouts de peau se soulèvent dans la pointe des Z, c’est normal. C’est de la vieille peau qui sèche et qui tombera au fil des jours.
Vous ne le croirez pas, tout comme moi, mais le service d’ergothérapie m’a appelé aujourd’hui pour fixer un rendez-vous !!!! Je les ai remerciés mais, étant donné que je retourne au travail lundi, nos horaires se seraient opposés. Meilleure chance la prochaine fois !

Lundi 22 septembre
La vieille peau a tellement séché au cours du week-end, qu’aujourd’hui la cicatrice est presque complètement guérie. Disons que j’ai un peu aidé la nature sur ce coup. Essayez d’empêcher une main d’aller farfouiller dans l’autre lorsqu’il y a plein de peau sèche qui ne demande pas mieux que d’être enlevée !! J’ai donc repris le travail aujourd’hui. Il ne me reste que deux rendez-vous avec mes différents médecins. L’orthopédiste qui m’a pris en charge à mon retour de Rimouski l’an dernier et pour terminer, ma chirurgienne qui veut voir les résultats le mois prochain.

Mardi 7 octobre
J’ai vu mes deux médecins dont ma plasticienne aujourd’hui. Elle veut me revoir encore une fois car la nouvelle cicatrice est encore grosse à son goût. Pourtant moi, je le trouve tellement mieux que la précédente. J’imagine qu’après ce rendez-vous ce sera terminé. J’ai bien entrepris de la travailler au maximum afin qu’elle devienne aussi belle que celle du milieu de la main. Massages et crème à la vitamine E devraient faire le travail comme ce fut le cas avec les autres.

C’est donc ici que ça se termine. J’ai pris un grand plaisir à raconter mon histoire sur ce blogue. J’espère que vous en avez pris tout autant à me lire. Et si j’ai pu réconforté une personne dans la même situation que moi, j’en serai heureux. Je vous dis salut !

Paul

Publié dans Santé & bien-être | Laisser un commentaire

Une nouvelle fois sur le billard

J’ai rencontré pour une deuxième fois le médecin plasticien. Le but de cette rencontre était de décider si une nouvelle chirurgie devait être envisagée pour tenter d’améliorer si possible la condition de ma main au niveau de l’index.

Elle a été tellement enchantée de constater l’état actuel de ma main malgré que je n’ai pas été en mesure de continuer les traitements de physio/ergo, qu’elle a d’emblée suggéré de procéder à cette chirurgie en Z dont elle m’avait glissé un mot à ma première visite.

Cette chirurgie en Z consiste à inciser la peau seulement en donnant la forme d’un Z. Ensuite, le chirurgien décolle la peau des chairs afin de créer deux lambeaux de peau. Il déplace ensuite les lambeaux pour que chacun prenne la place de l’autre. Si vous regardez la photo du dernier album photos, les deux lambeaux 1 et 2 sont détachés des chairs et ensuite, la pointe  A  est déplacée vers l’emplacement  B  et la pointe  C  vers  D. Ceci permet de faire comme si la peau avait été étirée. Selon le besoin, le chirurgien fera 1, 2 ou même 3 incision en Z afin de donner la meilleure extension possible à mon index qui, actuellement, ne peut ouvrir à plus de 75 ou 80%.

Puisque cette chirurgie ne touche que la peau, la guérison est, parait-il, très rapide. Les points de suture sont enlevés après deux semaines et l’arrêt de travail sera, semble-t-il de courte durée. Quelques jours peut-être. On avisera selon mon rétablissement.

Sinon, le retour au travail se passe relativement bien. La concentration et la mémoire récente demeurent mes plus grandes difficultés. J’ai un peu l’air fou devant le client quand j’ai un blanc de mémoire et que je n’arrive tout simplement pas à trouver le bon mot. Je me surprend à faire comme quelqu’un qui ne parle pas très bien une langue seconde et qui explique en long et en large une situation parce qu’il ne connaît pas le bon mot. On finit toujours par en rire mais…

Voilà les dernières nouvelles. Je vous reviendrai après ma chirurgie. À bientôt,

Paul

Publié dans Santé & bien-être | Laisser un commentaire

Un retour au travail dans la tourmente

J’avais bien besoin de ça !

Le jour J approche à grand pas.
Plus que deux jours à profiter de ce long repos. Lundi, on remonte en
selle afin de remettre le corps et le cerveau en marche. Tout
s’annonçait si bien ! Le retour au travail, comme toute ma convalescence,
allait se passer sans heurts ni grincements de dents.

C’était
sans compter sur les difficultés qu’ont certaines personnes à
interpréter des documents. Je ne vous ferez pas ici un portrait
détaillé des mésaventures que j’ai vécues au cours de la dernière
semaine mais, je dois vous dire que, contre la recommandation médicale,
j’ai dû à nouveau interrompre mes traitements de physio-ergo. Je vous épargne les détails mais soyez assurés que je n’ai pas dit mon dernier
mot. On verra bien ce qu’il en sortira.

Sinon,
je vais de mieux
en mieux. J’ai récupéré beaucoup de force depuis le temps des fêtes. Et
ce, malgré le fait que mes thérapeutes aient décidé d’interrompre mes
traitements jusqu’à ma visite chez le médecin le 24 janvier. À peine
avais-je repris les traitements que la décision les concernant m’était
rendue. Alors, j’ai dû les interrompre à nouveau.

Entre-temps,
j’ai rencontré le plasticien qui évaluera la pertinence d’une autre
chirurgie dans deux mois. Une femme énergique qui inspire confiance.
Tant mieux pour moi. Sauf qu’elle insistait, elle aussi, sur le fait que
je devais absolument continuer les traitements. J’espère que la
situation actuelle ne mettra pas en péril la possibilité d’une nouvelle
chirurgie si elle s’avérait nécessaire.

Alors voilà ! J’espère que mon retour au travail permettra à certains(nes) de mieux respirer.

À bientôt,

Paul

Publié dans Santé & bien-être | Laisser un commentaire

Rebondissements dans le plan de mon retour au travail

Eh ! oui ! La réaction des médecins est toujours difficile à prévoir et j’en ai eu la preuve encore une fois aujourd’hui. Mes thérapeutes avaient renoncé, au mois de décembre, à continuer les traitements prétextant l’atteinte d’un plateau de mon évolution. Comme je l’écrivais alors, le médecin abonde normalement dans le même sens que ces professionnels. Je m’attendais donc, aujourd’hui, à entendre mon médecin confirmer la décision de mes thérapeutes. Niet !! Mon médecin a plutôt trouvé qu’il y avait effectivement encore amélioration et a décidé de renverser la décision. Après plus d’un mois d’interruption des traitements, je dois les reprendre.

Par contre, il est d’accord pour un retour au travail sans restrictions. Toutefois, la condition de mon deuxième doigt (l’index) pourrait sans doute être améliorée d’une autre façon : la chirurgie. Après une courte discussion sur la possibilité et les risques, on est arrivés à la conclusion qu’il serait intéressant d’avoir l’avis d’un plasticien. Selon les recommandations de ce dernier, il est possible que je repasse sous le bistouri. Ce serait pour tenter de récupérer encore plus l’usage de mon index qui est diminué par une cicatrice de type «cordon» qui m’empêche d’avoir une extension complète. Évidemment, la planification d’une telle opération prend du temps alors, rien ne m’empêche de retourner travailler en attendant. Un rendez-vous avec un plasticien devrait être fixé bientôt.

Est-ce que l’entreprise est d’accord pour un retour au travail avec libération pour mes rendez-vous en ergo-physio 3 fois/semaine ? C’est ce que Richard devrait me confirmer bientôt.

Alors, si tout va bien, je serai de retour au travail le lundi 11 février de l’an de grâce 2008 !!!!!

Croisez-vous donc les doigts pour que tout fonctionne pour le mieux, je pourrai ainsi venir en aide à ceux (et celles !!!) qui ont le plus souffert de mon absence ! (Ha!Ha!Ha!)

À bientôt,

Paul

Publié dans Santé & bien-être | Un commentaire

Un plateau en ergothérapie – une bonne ou mauvaise nouvelle ?

Le temps des fêtes précipitant un peu tout le monde, cette semaine j’ai eu droit à l’évaluation de ma condition par mes thérapeutes. Mon prochain rendez-vous chez le médecin ayant lieu au mois de janvier, je croyais que cette dernière allait être, elle aussi, reportée. Mes thérapeutes en ont décidé autrement.

Toutes les mesures ont à nouveau été prises pour fin de comparaison avec les résultats de la précédente évaluation : afin de mesurer l’œdème,  il y a  la circonférence des doigts, de la main, du poignet et de l’avant bras. Ces données comparées aux mesures  de la main droite indiquent si l’œdème persiste. Ensuite, il y a la flexion et l’extension des doigts. Chaque articulation est mesurée lorsque je force pour la plier ou la déplier (actif) et aussi quand ma thérapeute met la pression pour la plier ou la déplier (passif). Encore une fois, ces données sont comparées aux résultats de la précédente évaluation et à ceux de la main droite. Il en va de même pour les mouvements du poignet et de l’épaule.

Voici donc les résultats et l’avis de mes thérapeutes : il semble évident que, malgré tous les exercices avec les outils de réadaptation, le BTE et tous les efforts personnels pour améliorer ma condition, j’ai atteint un plateau. Je ne réussi plus à améliorer les résultats. Leur avis est donc d’interrompre les traitements et de réévaluer après les fêtes, soit le 7 janvier, afin de s’assurer qu’il n’y a pas de dégradation de ma condition. Si tel était le cas, on pourrait envisager de reprendre les traitements. Dans le cas où il y aurait maintien de ma condition, mon dossier serait fermé.

Bonne nouvelle ou mauvaise ? Je crois qu’il y a toujours deux côtés à une médaille. Je savais que j’atteindrais ce plateau dans un avenir plus ou moins lointain mais j’avoue que j’espérais que ma condition-plateau n’ait été encore meilleure qu’elle ne l’est maintenant. Mes thérapeutes m’ont demandé mon opinion et si je croyais être en mesure d’effectuer mon travail régulier dans ma condition actuelle. J’étais un peu sonné d’entendre leur verdict. J’ai évidemment répondu dans l’affirmative mais avec une certaine réticence quant à l’impossibilité de bien fermer ma main et à la douleur ressentie lorsque ma main heurte par accident un objet solide. Elles croient que malheureusement, je devrai apprendre à vivre avec ce handicap.

Évidemment, l’avis de mon médecin peut renverser cette décision mais, comme mes thérapeutes me l’ont dit, le médecin suit habituellement les recommandations des thérapeutes.

Il y a donc fort à parier que mon retour au travail n’est plus qu’une formalité. J’imagine qu’une date de retour sera envisagée lors de mon prochain rendez-vous chez le médecin. Sauf que je viens d’avoir confirmation de la date de mon rendez-vous. Il devait avoir lieu au début janvier mais, il semble que le début du mois peut s’étirer jusqu’au 24. Je dois donc patienter jusque-là afin de savoir ce qu’il adviendra de moi.

Entre-temps, je dois travailler de nouveau sur mon moral afin de mieux accepter le handicap avec lequel je devrai vivre pour le reste de mes jours. Je m’étais préparé à accepter un certain niveau de handicap alors, il ne me reste qu’à réviser les données.

Je profite de cette période de l’année pour offrir à tous ceux qui me liront mes voeux sincères de joyeux Noël et une merveilleuse Année 2008. Vous me comprendrez si je vous souhaite de demeurer en bonne santé. Le reste viendra bien en son heure.

Paul

Publié dans Santé & bien-être | Laisser un commentaire

Encore une nouveauté

Je croyais bien que mes thérapeutes avaient atteint la limite de leur imagination ou des moyens mis à leur disposition pour traiter le genre de problèmes qui m’affectent avec les bandes de caoutchouc dont je vous ai parlées dans mon précédent billet. C’était bien mal les connaître.

Cette fois, elle ont recours à une cocotte minute qui contient, évidemment, autre chose qu’un bon ragoût. Il s’agit de paraffine. Comme vous pouvez le voir dans mon nouvel album photos, je dois plonger la main dans la paraffine fondue pendant quelques secondes et l’en retirer. Je la laisse s’égoutter et lorsque  c’est fait, je la replonge. Je répète ce manège à dix reprises ce qui résulte en une couche assez épaisse de paraffine chaude. J’insère alors mon bras dans un sac de plastique pour terminer par une serviette qui enveloppe le tout. Le sac et la serviette ayant pour but la conservation de la chaleur. Je garde ça pendant une vingtaine de minutes et je la retire ensuite comme un gant. Pourquoi la paraffine ?

Comme vous le savez sûrement, une main qui a subi une chirurgie, et même plusieurs, développe une fragilité qui est difficile à expliquer. Cette fragilité permet, entre-autres, de devenir météorologue. On peut dire avec assez de certitude si la météo change au mauvais temps simplement par la douleur ressentie. Avec le début d’hiver que l’on connaît, précipitations sous toutes les formes et une humidité qui frôle les cent pour cent de façon régulière, la douleur ressentie s’est beaucoup intensifiée. Ce n’est évidemment pas la même douleur que je ressentais au début mais plutôt une douleur arthritique. Ce sont les jointures qui sont très douloureuses ce qui rend la manipulation difficile à supporter. La paraffine joue un rôle apaisant et permet un travail en profondeur de ma main sans trop de douleur. Il ne faut pas croire que ça guérit tout mais, ça aide. Je n’ai pas de photos de la manipulation car mes thérapeutes ne veulent en aucun cas participer. Dommage car, ceux et celles qui sont un peu sado-maso en auraient eu pour leur argent.

Les autres photos de l’album vous montrent les différents outils de réhabilitation que j’utilise depuis longtemps : les cylindres de bois que je dois saisir avec une pince spécialement retenue par une bande élastique qui exerce une tension que je peux ajuster en augmentant ou en diminuant le nombre de tours. Je saisi le plus gros en premier et le soulève sans faire tomber celui qui est au centre. Je le dépose plus loin et je saisi ensuite le plus petit et l’insère ensuite dans le précédent sans le faire tomber. Je dois répéter ce manège avec tous les cylindres. Si aujourd’hui il m’est facile d’exécuter ce travail, il n’en était pas de même au début.

Il y a ensuite les petites pièces de métal à forme spéciale que dois saisir entre deux doigts, les faire rouler entre mes doigts afin d’obtenir le bon alignement de la pièce et de l’ouverture et l’insérer. Je n’ai aucune difficulté à exécuter ce travail de la main droite mais, mes thérapeutes tiennent absolument à ce que j’utilise ma main gauche. Je ne comprend pas pourquoi ??? Ce n’est toujours pas une partie de plaisir car ça vient chercher des points de douleur intense dans certaines jointures mais surtout, à la base du pouce. Je ne suis toujours pas en mesure d’exécuter cette étape avec le pouce et l’auriculaire. Le petit doigt me sert seulement à enlever les pièces de la matrice à chaque série. Je ne suis pas en mesure de les saisir lorsqu’elles sont à plat sur la table.

La pâte à modeler que vous voyez sur la photo n’est pas celle que j’utilise habituellement. Celle-ci est verte mais celle que j’utilise est jaune. La couleur détermine la force de résistance en livres/pouces² ou kilo/cm². La jaune est moins dense que la verte mais elle n’était pas disponible au moment de prendre les photos. Alors, je dois la pétrir, rouler mon poing dessus afin de l’aplatir (Aillllllllle!!!) et je dois utiliser aussi utiliser un bâtonnet pour en faire une galette. La grosseur du bâtonnet est très importante car elle demande à mon cerveau un gros effort pour que celui-ci envoie le message de fermer le poing pour tenir serré le bâtonnet. J’ai réduit d’un échelon la grosseur pour passer de 9 à 8. J’espère réussir avec le 7 cette semaine.

Pour terminer, il y a la bande de caoutchouc trouée. Elle permet d’écarter les doigts au maximum pour ensuite les insérer dans les trous. Lorsque c’est fait, je dois exécuter plusieurs mouvements dont il est difficile de voir la différence sur les photos. Le premier mouvement consiste à garder les doigts bien droits et de fermer comme si on voulait que tous les bouts de doigts se touchent. La résistance de la bande trouée fait en sorte de rendre aux doigts et à la main un maximum de force. Ensuite, je dois faire un mouvement arrière en pliant l’extrémité des doigts et en tirant afin d’augmenter la force dans les bouts de doigts. Ensuite, même mouvement en ajoutant une rotation vers la droite et ensuite vers la gauche afin de réapprendre à ouvrir les pots de marinades.

Ma condition m’a aussi aidé à développer de mauvaises habitudes et postures qui ont causées ce qui semble être une bursite à l’épaule. Je dois donc prendre soins aussi de mon épaule par des exercices et de la glace. Les bandes élastiques servent à mettre une résistance lors de l’exécution de certains mouvements sans amplitude mais seulement un peu de tension qui permet de faire travailler les muscles de l’épaule sans l’irritation causée par l’amplitude des mouvements. Voyez la différence des deux photos et vous verrez que mon bras s’est écarté d’à peine un pouce ou deux de mon corps. Juste assez pour faire travailler les muscles.

Voilà pour les dernières nouvelles ! Je suis impatient de voir ce que me réservent de nouveau mes thérapeutes au cours des prochaines semaines. Elles ne dévoilent jamais leur jeu d’avance. On verra bien. Je vous tiens informés,

Paul

Publié dans Santé & bien-être | Un commentaire